Kot Citoyen

Première euthanasie de mineur en Belgique

Quelques jours avant la rentrée académique, le journal flamand « Het Nieuwsblad » annonçait que, pour la première fois, un mineur avait été euthanasié en Belgique.

L’euthanasie est un droit reconnu à certaines personnes de poser un choix personnel en terme de vie et de mort. Légalisée en 2002, elle était dans un premier temps réservée aux personnes majeures. En novembre 2014, alors que les élections approchent, le parlement belge vote une loi historique qui élargit aux enfants la possibilité de recours à l’euthanasie. Si cette possibilité existait déjà aux Pays- Bas, elle était néanmoins limitée aux mineurs âgés de plus de douze ans. Bien que la loi soit passée avec une large majorité2, le CDH et le CD&V (qui faisaient partie du gouvernement Di Rupo3 de l’époque) ont tous les deux voté contre, ainsi que la NVA. Cette loi extensive fut l’objet de nombreuses controverses, dont le plus fervent assaillant fut l’Eglise.

Un communiqué fut en effet lancé par les évêques de Belgique, appelant les belges à s’indigner de cette nouvelle « atteinte à la vie ». Monseigneur Léonard, qui était à l’époque archevêque de Malines- Bruxelles, avait appelé à une journée de jeûne et de prière peu avant que la loi ne soit votée.

Des médecins ont également critiqué cette initiative que nombre d’entre eux ont jugé « inutile », compte tenu de l’avancée dans le développement des traitements contre la douleur et des soins palliatifs. Pour d’autres, il s’agissait plutôt d’encadrer légalement une pratique qui existait déjà dans les faits.

Comme pour les adultes, les enfants doivent se trouver dans une situation médicale sans issue et leur souffrance physique ou psychique doit être « constante, insupportable et inapaisable ». Il est requis que l’enfant ait compris « le sens de sa mort », ce qui devra nécessairement être confirmé par une équipe médicale et d’un psychologue indépendant ou psychiatre. Les parents ou le tuteur doivent, enfin, obligatoirement donner leur consentement.

Euthanasie dans le monde : un bref état des lieux

Actuellement, la grande majorité des états interdit le recours à l’euthanasie. D’autres ne reconnaissent simplement pas l’euthanasie comme un droit, ils sont toutefois nombreux à tolérer implicitement la pratique. Aux Etats-Unis, par exemple, aucun état n’a encore légalisé la pratique, bien que certains développent des mécanismes parallèles.

En Europe, seuls les Pays-Bas, le Luxembourg et la Belgique l’autorisent formellement. A l’inverse, la Croatie, la Serbie, la Grèce, la Roumanie, la Bosnie, la Pologne, l’Irlande et l’Islande l’interdisent et tout contrevenant s’expose à une peine pénale. Pour le reste, la pratique est généralement interdite bien qu’on autorise une « forme d’aide à la mort » qui diffère selon les Etats.

Pour conclure, notons tout de même que si la Belgique s’est donnée une image « avant-gardiste » sur la question de l’euthanasie, il n’en a pas toujours été ainsi. La légalisation de l’avortement, par exemple, fut votée en avril 1990, avec un certain retard par comparaison avec nos voisins européens.

La Belgique est-elle donc en avance sur son temps, ou se précipite-t-elle simplement dans le vote de loi superflue ?

Soyons critique, soyons citoyen !

“Voor het eerst in ons land krijgt kind euthanasie”, http://www.nieuwsblad.be/cnt/dmf20160916_02472929

2 86 « pour », 44 « contre » et 12 abstentions.
3 Du 6 décembre 2011 au 11 octobre 2014, avec les partis PS, CD&V, MR, SP.A, Open VLD, et CDH.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article